Rochefort : en prison à 18 ans pour avoir fait déplacer la police pour rien

logo Sud Ouest illustration Rochefort : en prison à 18 ans pour avoir fait déplacer la police pour rien

Publié le 12/11/2021 21:45:46

Le jeune homme a été condamné ce vendredi 12 novembre par le tribunal judiciaire de La Rochelle. À trois reprises, sous l’effet de l’alcool, il avait fait intervenir les policiers sur des faits imaginaires

Il ne faut pas déranger la police pour rien ! Kartman, 18 ans, devrait s’en souvenir à l’avenir. Même s’il ne se souvient pas, dit-il, des faits qui ont amené le tribunal judiciaire de La Rochelle à le condamner ce vendredi 12 novembre, à deux mois de prison ferme (il a déjà fait un mois au titre de la détention préventive) et révocation partielle d’un sursis de trois mois.

Les faits s’égrainent du 3 au 10 octobre 2021. Ce jour-là, le commissariat de Rochefort reçoit un appel pour un vol dans un véhicule. Sur place, la patrouille ne trouve rien. Ni véhicule, ni voleur mais un homme alcoolisé. Ils se rendent comptent, alors, que c’est lui qui les a appelés. Il est interpellé sans difficulté, conduit au poste, relâché. Le 8 octobre, rebelote. Une laverie aurait été dégradée. Aucune trace. Mais tout près, les policiers retrouvent le jeune homme en état d’ivresse. Le numéro de portable enregistré par le commissariat est bien le sien. Troisième épisode le 10 octobre. Cette fois, l’interlocuteur pointe une bagarre en ville. Le jeune est arrêté alors qu’il s’en va.

En quête, à travers les policiers, de « la figure paternelle »

À la barre du tribunal, ce vendredi, « je ne me souviens de rien », assure le jeune gros consommateur d’alcool et de cannabis. Chez une buraliste, il avait trois jours avant participé au vol d’un paquet de tabac. La garde à vue débouche donc, cette fois, sur une comparution immédiate, le 13, pour l’ensemble des faits de vol en réunion et de dénonciation mensongère. Mais l’affaire est renvoyée. Des expertises psychologique et psychiatrique paraissent nécessaires. Le fait est qu’elles ont éclairé, ce vendredi, la personnalité du prévenu marqué par l’enfance. Il est en effet le seul, d’une fratrie de huit, à avoir été placé en foyer dès 7 ans et jusqu’à sa majorité. « Je n’ai jamais compris pourquoi », dit-il en baissant la tête.

Aucune pathologie psychiatrique chez cet ancien gamin hyperactif qui n’est pas allé au bout de son CAP de maçon, mais la psychologue relève « un fort sentiment d’abandon » doublé d’une « quête de repères » qui en font un jeune « paumé » en proie à ses démons. L’experte explique qu’à travers les policiers, c’est un peu « la figure paternelle » qu’il recherche pour se construire dans une posture d’opposition. Même s’il n’a violenté ni insulté personne.

Maintien en détention

Peut-être était-ce déjà le cas avec les pompiers, d’autres dépositaires d’une certaine autorité, le 15 août (11 jours après ses 18 ans), lorsqu’il a mis le feu à un stock de traverses de chemin de fer, toujours à Rochefort. En septembre, il avait alors écopé de sa première mention au casier judiciaire : quatre mois de prison avec sursis probatoire. L’avocate de Kartman, ce vendredi, a plaidé « l’immaturité » d’un jeune adulte « livré à lui-même » et réclamé l’indulgence.

Le tribunal a finalement suivi les réquisitions du parquet. Le jeune reste en prison pour deux mois de plus. Il devra, en outre, payer 50 euros d’amende et 20 euros de dommages et intérêts à la buraliste qui a porté plainte. Aucune obligation de soins n’a été mentionnée.

Crédits image et texte : Sud Ouest©
Source : https://www.sudouest.fr/justice/rochefort-en-prison-a-18-ans-pour-avoir-fait-deplacer-la-police-pour-rien-6917842.php