Quatre ans de prison requis pour un restaurateur de films après un incendie ayant causé deux morts

logo Ouest France illustration Quatre ans de prison requis pour un restaurateur de films après un incendie ayant causé deux morts

Publié le 24/11/2022 11:35:02

Quatre ans de prison, dont trois avec sursis, ont été requis mardi par le parquet de Créteil contre Serge Bromberg, célèbre restaurateur de films, jugé pour l’incendie mortel causé par des bobines de nitrate qu’il entreposait sous un immeuble. « Je suis impardonnable et j’ose à peine demander pardon », a indiqué le prévenu, mercredi 23 novembre 2022. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 24 janvier.

Quatre ans de prison, dont trois avec sursis, ont été requis mardi 22 novembre 2022 par le parquet de Créteil contre Serge Bromberg, célèbre restaurateur de films, jugé pour l’incendie mortel causé par des bobines de nitrate qu’il entreposait sous un immeuble. Stockées sans autorisation dans un local sous un bâtiment habité de huit étages à Vincennes (Val-de-Marne), ces vieilles bobines de cinéma, hautement inflammables, se sont embrasées dans la nuit du 10 août 2020, en pleine période de canicule.

Même si beaucoup d’habitants étaient alors en vacances, le sinistre a fait deux morts. Le premier, pris au piège par les flammes, s’est jeté du 4e étage. L’autre a été brûlé vif.

La fille de cette dernière victime s’est présentée mardi à la barre. « Ce traumatisme sera gravé à vie, jamais nous ne pourrons faire le deuil de notre mère car sa mort était évitable », lance-t-elle, la voix troublée par l’émotion. « Elle est décédée dans des conditions insoutenables, qui dépassent l’entendement. Ses derniers instants me hantent », ajoute-t-elle.

Jugé pour homicides et blessures involontaires et mise en danger d’autrui, l’ancien directeur artistique du Festival du film d’animation d’Annecy a assumé mercredi au dernier jour de son procès l’entière responsabilité du désastre, se jugeant « impardonnable ». « Je voudrais dire que je suis le seul responsable de ce drame, c’est ma faute et c’est exclusivement ma faute », a déclaré le prévenu à la barre, au second jour d’audience. « Je suis impardonnable et j’ose à peine demander pardon ».

Il entreposait dans ce local ses bobines et celles de sa société Lobster Films, spécialisée dans la sauvegarde, la restauration et la distribution de films anciens. Les pellicules en nitrate, qui doivent être conservées dans un endroit réfrigéré, l’étaient dans un local sans alarme incendie. Malgré quelques étés très chauds, la climatisation n’y avait pas été activée depuis 1998… quand les voisins de l’époque avaient réclamé qu’elle soit coupée à cause du bruit.

Une paroi « coupe-feu » avait été installée dans le local. Quand il s’est embrasé, elle a fondu en trente minutes.

Les enquêteurs ont estimé qu’au moment de l’incendie, le local était rempli de 1 364 à 1 935 bobines, soit 2,5 à 3,6 tonnes. Le prévenu fait un calcul différent : 965 bobines, 970 kg. « C’est un fait, pas une estimation », déclare-t-il à la barre.

« Cet endroit était un stock tampon, il avait seulement pour vocation d’accueillir quelques bobines avant qu’elles partent au CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) », a expliqué le réalisateur. Considéré comme un grand spécialiste du patrimoine cinématographique, le producteur était parfaitement informé des risques liés au stockage des bobines.

Pendant de très nombreuses années, il a fait sur scène la démonstration de l’inflammabilité du nitrate en mettant le feu à un bout de pellicule, devant des spectateurs fascinés. Ces spectacles étaient baptisés « Retour de flamme ». Un exemple qui rend la situation encore plus insupportable pour les parties civiles.

« Mes clients ont d’abord pensé que c’était un amateur un peu fou, quelqu’un qui avait perdu pied, a plaidé Me Missiva Chermak-Felonneau au nom d’un couple qui vivait dans un studio au-dessus du local. Mais quand ils ont appris que le responsable de l’incendie était un professionnel, un expert reconnu, cela les a dévastés. »

Ses arguments n’ont pas convaincu la procureure qui requiert contre lui quatre ans d’emprisonnement dont trois avec sursis. Ainsi qu’une amende de 150 000 € contre sa société.

« Il n’y a pas de fatalité : tous les ingrédients étaient présents pour qu’un tel événement ait lieu », a-t-elle assénée, estimant que cet incendie « est le résultat de toute son action, de toutes ses omissions de se conformer à la réglementation ».

Crédits image et texte : Ouest France©
Source : https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/quatre-ans-de-prison-requis-pour-un-restaurateur-de-films-apres-un-incendie-ayant-cause-deux-morts-8aae458c-6be0-11ed-918c-3d4ea5ca1edf