Landes : elle organise « une expédition punitive » à Ychoux pour voir ses enfants

logo Sud Ouest illustration Landes : elle organise « une expédition punitive » à Ychoux pour voir ses enfants

Publié le 12/11/2021 09:07:21

Une femme de 43 ans s’est introduite dans le domicile du père de ses enfants et l’a vandalisé. Elle a aussi été condamnée pour violences et menaces de mort. Elle écope de sept mois de prison avec sursis

Il est le premier Landais à bénéficier du téléphone grave danger sur le ressort de Mont-de-Marsan. Habituellement remis à des femmes victimes de violences, ce dispositif permet d’alerter rapidement les forces de l’ordre.

L’épisode de 16 février à Ychoux a été assez inquiétant pour que le parquet montois équipe un père afin de le protéger de la mère de ses enfants. Mardi 9 novembre, elle comparait devant les juges pour violation de domicile, dégradation, menace de mort et violence.

« Attachés, bâillonnés, battus »

« Ça fait 30 mois que je n’ai pas vu mes enfants », justifie cette mère de 43 ans, originaire du Suriname. Le juge a confié la garde au père et lui a accordé des visites médiatisées. Carrure d’ancien rugbyman, le père indique : « Ils ne veulent plus la voir. Ils ont subi de la maltraitance. Ils ont été attachés, bâillonnés et battus quand elle les gardait. C’est de la terreur qu’ils ressentent à son égard. » Le procureur Jeanne François confirme : « Une information judiciaire est en cours. »

Le 16 février, la prévenue arrive en colère chez son ex. « Avec leur grande fille et une amie, comme un raid, elles entourent la maison pour cette expédition punitive, détaille la magistrate. Elle menace : « Les enfants, sans quoi je te tue. » Du mobilier de jardin est détruit, des vitres brisées, le père reçoit des coups de bâton. » Six jours d’incapacité totale de travail (ITT) lui sont prescrits.

« Elle a aussi de l’ITT et déposé plainte contre lui », soulève Me Sutter. Le parquet précise : « Les faits ne sont pas établis. Il n’est pas poursuivi. Qu’on ne se trompe pas de victime. C’est lui qui bénéficie de mesures de protections particulières. »

L’arrivée des neveux\r

« Je suis venue pour parler. La violence, je ne connais pas. » Son ex est perplexe : « Je l’ai déjà vue simuler des étranglements et s’écraser un verre contre la tête pour me faire porter le chapeau. » Réponse : « Il dit que je suis folle, mais je travaille avec des enfants. Personne ne m’a déclarée malade. »

Le parquet s’étonne : « Sur les vidéos, on vous voit hystérique. Vous saignez après avoir brisé une vitre et vous secouez les mains pour répandre du sang partout. Et vous trouvez ça normal. C’est inquiétant. » Le soir, les neveux de la mère, évacuée par les pompiers, se rendent à Ychoux. « Ils suivaient ses instructions par téléphone », certifie le père. « Ils récupéraient juste ma voiture », souffle la mère.

« Nous vivons dans l’angoisse, témoigne le père. Nous avons peur qu’elle kidnappe les enfants, qui ne jouent plus seuls dans le jardin. » La famille a déménagé, installé des caméras. « Ils vivent avec une épée Damoclès », résume Me Negrini.

Pour la défense, Me Sutter plaide : « Rien ne serait arrivé si Monsieur avait respecté la décision de justice. Il a refusé unilatéralement. Aucun parent ici n’accepterait ce qu’elle a subi. »

Relaxée pour la complicité de violence avec ses neveux, la mère de famille écope pour le reste de sept mois de prison avec sursis, comme requis, avec interdiction de paraître dans les Landes. La défense a relevé appel de la décision.

Crédits image et texte : Sud Ouest©
Source : https://www.sudouest.fr/justice/landes-elle-organise-une-expedition-punitive-a-ychoux-pour-voir-ses-enfants-6905043.php