Epône : son pavillon servait de maison close

logo Le Parisien illustration Epône : son pavillon servait de maison close

Publié le 17/11/2022 11:16:13

Le pavillon accueillait plusieurs prostituées depuis près d’un an et demi. Le propriétaire des lieux, déjà connu pour des faits de proxénétisme, aurait perçu environ 1 000 euros par mois au titre de « loyer ».

Il avait fait de son pavillon une véritable maison close. Un homme de 42 ans a été interpellé ce mardi pour des faits de proxénétisme sur la commune d’Epône (Yvelines). Depuis au moins un an, il louait un pavillon à des prostituées qui recevaient leurs clients « à domicile. »

C’est par le témoignage d’une riveraine, recueilli en mai dernier lors de l’une de leurs patrouilles dans le secteur, que les policiers de Mantes-la-Jolie sont alertés de ce qui se passerait à l’intérieur du logement. Selon cette habitante, la maison accueillerait prostituées et clients depuis près d’un an.

Les policiers commencent par entrer en contact avec les occupants du pavillon. C’est une jeune femme à moitié dénudée qui leur ouvre la porte. Elle leur confirme se livrer à la prostitution, et elle n’est pas la seule au sein du logement. Quatre autres jeunes femmes, originaires d’Amérique du Sud, occupent également la maison. Laquelle est spécialement aménagée à cet effet, avec matelas au sol et cloisons de séparation.

Des mouvements anormaux sur les comptes bancaires du propriétaire

Les jeunes femmes déclarent aux policiers recevoir entre deux et cinq clients par jour via des annonces de sites « spécialisés ». En contrepartie de l’occupation des lieux, elles disent remettre chaque mois la somme de 1 000 euros à un homme. Les enquêteurs se penchent sur le propriétaire des lieux, un quadragénaire déjà connu des services de police à plusieurs titres, dont… pour des faits de proxénétisme.

Les investigations se portent notamment sur ses comptes bancaires. Or ceux-ci laissent apparaître des flux créditeurs anormalement élevés au regard des 2 000 euros de salaire mensuel que l’homme déclare. On évoque la somme de 62 000 euros entre décembre 2021 et octobre 2022.

Une perquisition a été menée mardi au domicile du prévenu lors de son placement en garde à vue. Les enquêteurs y ont découvert la somme de 1 365 euros, un téléphone portable et de nombreux tickets de jeux à gratter.

Face aux policiers, l’homme a reconnu avoir touché des loyers en lien avec la prostitution au cours de la dernière année tout en justifiant les mouvements créditeurs sur son compte bancaire par des gains de jeux et la revente de ferraille. Au terme de sa garde à vue, l’homme a été déféré au Tribunal de Versailles dans le cadre d’une convocation par procès-verbal avec placement sous contrôle judiciaire.

Crédits image et texte : Le Parisien©
Source : https://www.leparisien.fr/yvelines-78/epone-son-pavillon-servait-de-maison-close-17-11-2022-6PGLJY4JTVHKNNM4CMEHGYFFJI.php