Elizabeth Holmes, star déchue de la tech, fait appel et retarde son entrée en prison

logo Le Parisien illustration Elizabeth Holmes, star déchue de la tech, fait appel et retarde son entrée en prison

Publié le 26/04/2023 21:12:12

L’ancienne star de la Silicon Valley, condamnée pour fraude avec sa start-up Theranos, devait initialement commencer sa peine de prison le 27 avril.

Elle bénéficie d’un temps de plus en liberté. Elizabeth Holmes, l’ex-star de la Silicon Valley condamnée à plus de 11 ans de prison pour fraude à la tête de sa start-up Theranos, ne commencera pas sa peine comme prévu le 27 avril, grâce à un nouvel appel.

Début avril, un juge avait rejeté sa demande de rester en liberté en attendant l’appel de sa condamnation, estimant qu’elle avait peu de chance de réussir à obtenir un verdict radicalement différent.

Mais les avocats de l’ancienne entrepreneuse ont fait appel de cette décision mardi. Mme Holmes reste donc en liberté le temps que la cour statue sur son sort. En janvier 2022, au terme d’un procès de quatre mois, les jurés avaient jugé qu’elle avait « menti et triché » pour lever des fonds, selon les mots d’un procureur.

Des tests sanguins prétendument révolutionnaires

Theranos promettait des diagnostics plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels, grâce à des méthodes présentées comme révolutionnaires, permettant des tests multiples avec une toute petite quantité de sang.

Les investisseurs étaient séduits. En 2014, Forbes évaluait la fortune de Mme Holmes à 4,5 milliards de dollars et la décrivait comme la plus jeune femme milliardaire n’ayant pas hérité de sa fortune.

La jeune femme, âgée de 19 ans au moment de la création de sa start-up, avait convaincu de nombreux investisseurs de poids, impressionnés par son éloquence et sa détermination. Mais les nouveaux outils n’avaient jamais fonctionné comme promis.

Des mensonges à répétition

Le 11 avril, le juge Edward Davila avait concédé qu’Elizabeth Holmes, 39 ans désormais, ne présentait pas de risque de fuite, soulignant notamment qu’elle avait « deux jeunes enfants ». Elle était enceinte en novembre, lors de l’énoncé de sa peine.

Mais le magistrat avait estimé que son appel avait « peu de chances » de conduire à un acquittement ou à un nouveau procès. « Les fausses déclarations de Mme Holmes aux investisseurs de Theranos ne concernaient pas seulement la technologie », avait-il précisé.

Elle a aussi menti sur « la situation financière de l’entreprise, l’utilisation d’appareils fournis par des tiers, le partenariat avec (les pharmacies) Walgreens et la validation (de la technologie) par des entreprises pharmaceutiques », avait-il souligné.

En 2015, le Wall Street Journal avait publié une enquête accablante sur Theranos, malgré les tentatives de la dirigeante d’empêcher sa parution en faisant appel à Rupert Murdoch, propriétaire du quotidien américain et aussi investisseur dans l’ex-start-up.

Pendant le procès, la défense avait tenté de convaincre le jury de la bonne foi de l’accusée, qui aurait pu devenir riche en vendant des actions, au lieu d’utiliser l’argent pour construire sa technologie. L’histoire de Mme Holmes a fasciné les médias américains, car elle incarnait une certaine image de la Silicon Valley innovante, avant sa déchéance.

Crédits image et texte : Le Parisien©
Source : https://www.leparisien.fr/faits-divers/elizabeth-holmes-star-dechue-de-la-tech-fait-appel-et-retarde-son-entree-en-prison-26-04-2023-C6W3X2S6TJB65FDYIQEQPXFJ64.php