Classement de Saint-Emilion : Hubert de Boüard ne fait pas appel

logo Sud Ouest illustration Classement de Saint-Emilion : Hubert de Boüard ne fait pas appel

Publié le 05/11/2021 16:13:58

Le copropriétaire de Château Angélus a été condamné fin octobre à 40 000 euros d’amende ferme pour prise illégale d’intérêts. Il ne fera pas appel

La condamnation d’Hubert de Boüard est désormais définitive. Condamné le 25 octobre dernier à 60 000 euros d’amende dont 20 000 avec sursis pour prise illégale d’intérêts dans le processus d’élaboration du classement de 2012 de Saint-Emilion, le copropriétaire d’Angélus n’a pas interjeté appel.

« Polémiques sans fin »

« Pendant toutes ces années, cette procédure a servi mes détracteurs, pour les conduire à alimenter des polémiques sans fin et nourrir des attaques contre ma famille, mes collaborateurs et moi-même. C’est pourquoi, même si je la trouve injuste et injustifiée, j’ai décidé de mettre un terme définitif à ce litige et de ne pas faire appel de cette décision » a indiqué Hubert de Boüard dans une lettre ouverte adressée ce vendredi à ses « amis vignerons ».

« Contrairement à ce que je lis parfois dans la presse, à aucun moment il n’a été démontré que j’aurais pu recevoir le moindre avantage, ni direct, ni indirect du fait de ces opérations, le tribunal l’a d’ailleurs clairement dit dans sa décision. Je n’ai jamais recherché autre chose que de servir le collectif et surtout, je n’ai jamais avantagé des intérêts particuliers, et encore moins les miens » assure Hubert de Boüard.

Après neuf ans de procédure initiée par la plainte de trois châteaux évincés du classement dans lequel Angélus avait été propulsé premier grand cru classé A, le tribunal a reproché à Hubert de Boüard d’avoir, aux titres de ses multiples fonctions locales et nationales dans les instances de défense des appellations, participé à l’élaboration du classement dans lequel il avait un intérêt en tant que candidat et consultant pour d’autres châteaux candidats. « L’expression de l’entre-soi et de petits arrangements entre amis » a cinglé le jugement. Pour être caractérisé, ce délit ne nécessite pas que le prévenu ait retiré un avantage de cette situation.

La justice n’en a pas fini avec le classement de 2012. Dans quelques jours ou semaines, c’est la Cour administrative d’appel de Bordeaux qui va devoir se prononcer sur sa légalité.

Crédits image et texte : Sud Ouest©
Source : https://www.sudouest.fr/vin/classement-de-saint-emilion-hubert-de-boueard-ne-fait-pas-appel-6832339.php