Au Mexique, une rare colère face aux féminicides s’exprime dans la rue

logo Ouest France illustration Au Mexique, une rare colère face aux féminicides s’exprime dans la rue

Publié le 01/05/2022 20:49:19

La mort encore inexpliquée — de la jeune Debanhi Escobar, réveille au Mexique la colère envers les autorités accusées de négligences dans les enquêtes sur les assassinats de milliers de femmes chaque année.

Au Mexique, tous les médias s’intéressent depuis une semaine non-stop à l’affaire de Debanhi Escobar. Cette étudiante de 18 ans a disparu dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 avril à la périphérie de Monterrey, la capitale de l’État de Nuevo Leon, où 322 femmes ont disparu rien que depuis le début de l’année 2022.

Son corps a été retrouvé le vendredi 22 avril au fond d’une citerne jouxtant un motel au bord de la route qui va jusqu’à Nuevo Laredo, à la frontière avec les États-Unis.

Virale, sa dernière photo – seule dans la nuit au bord de la route, silhouette élancée et cheveux longs défaits au vent, bras croisés, sac à main en bandoulière, top blanc, longue jupe beige, chaussures Converse – est devenue l’emblème des manifestations féministes après sa mort. Debanhi je te prête ma voix, Nous demandons justice ont crié, dimanche 24 avril, des femmes à Mexico, après des manifestations dès vendredi 22 avril à Monterrey.

Avant même la découverte du corps de sa fille, le père a joué la carte des médias pour dénoncer les ratés dans la phase initiale des recherches et de l’enquête.

Cette affaire est plus visible que les autres parce que les médias en ont décidé ainsi, estime Valeria Moscoso, experte en questions psycho-sociales. Si d’autres plaintes de familles de victimes n’ont pas eu le même écho, c’est parce que cette affaire résume toutes les tares de la justice dans les cas de disparitions de femmes : l’indolence des autorités, les complicités, la culpabilisation des victimes, la criminalisation des familles et l’impunité des agresseurs, explique Valeria Moscoso.

Crédits image et texte : Ouest France©
Source : https://www.ouest-france.fr/monde/mexique/au-mexique-une-rare-colere-face-aux-feminicides-s-exprime-dans-la-rue-f3ba6f6e-c948-11ec-bb3e-19199c8a309b