À Marseille, le combat d’Amine face aux violences : « On en a marre de ramasser des corps dans la rue »

logo Le Parisien illustration À Marseille, le combat d’Amine face aux violences : « On en a marre de ramasser des corps dans la rue »

Publié le 04/04/2023 17:15:12

Étudiant en droit de 19 ans, Amine Kessaci, habitant des quartiers nord de la cité phocéenne, a monté l’association Conscience, qui s’engage pour soutenir les familles endeuillées et lutter contre le trafic de drogue. Il réclame un sursaut collectif, lui qui a perdu son frère un jour de décembre 2020.

En apprenant, dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 avril, que la guerre sans merci que se livrent les trafiquants de drogue à Marseille (Bouches-du-Rhône) avait fait de nouvelles victimes — trois morts et huit blessés dont un très grièvement atteint — Amine Kessaci s’est immédiatement retrouvé projeté deux ans en arrière. Le 29 décembre 2020 précisément, quand il a été informé que le corps carbonisé de son grand frère avait été retrouvé dans le coffre d’une voiture aux Pennes-Mirabeau, un sinistre mode d’exécution baptisé « barbecue ». « J’ai revu ma mère s’écrouler au sol et j’ai pensé à la souffrance de toutes ces nouvelles familles », livre ce jeune homme de19 ans, dont l’association a pour objet de venir en aide à ces proches endeuillés. Révolté mais pas résigné, l’étudiant en première année de droit réclame un sursaut collectif pour mettre fin à cette sanglante spirale de violence.

Crédits image et texte : Le Parisien©
Source : https://www.leparisien.fr/faits-divers/a-marseille-le-combat-damine-face-aux-violences-on-en-a-marre-de-ramasser-des-corps-dans-la-rue-04-04-2023-LKH2NWIGZZE2PKEEMJDOCIGQAI.php