1er Mai : ex-soignante, street médic et soutien de Mélenchon... ce que l’on sait de la femme suspectée d’avoir agressé un pompier

logo Le Parisien illustration 1er Mai : ex-soignante, street médic et soutien de Mélenchon... ce que l’on sait de la femme suspectée d’avoir agressé un pompier

Publié le 03/05/2022 09:21:38

Une femme de 38 ans avait agressé un pompier qui tentait d’éteindre un incendie, en marge du défilé du 1er à Paris. Interpellée, cette mère de famille officiait dimanche comme « street medic ».

Elle était là pour soigner les blessés, elle s’est retrouvée dans la peau d’une agresseuse. À 38 ans, Hager A. est censée être une « street médic », ces militants bénévoles que l’on aperçoit dans les cortèges secourir les manifestants pour leur administrer bandage ou sérum physiologique, souvent après des heurts avec la police. Mais, depuis dimanche, cette ancienne infirmière est au cœur d’une polémique après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo la montrant s’en prendre violemment à un sapeur-pompier qui intervenait sur un incendie lié aux nombreuses dégradations du 1er mai à Paris.

Une agression condamnée de toute part – jusqu’à Jean-Luc Mélenchon qui a évoqué « un acte absurde » sur Twitter. Placée en garde à vue au commissariat du XXe arrondissement dimanche soir, la jeune femme sera jugée en comparution immédiate ce mercredi. Elle est poursuivie pour « violences sur personne chargée de mission de service public », « outrage », « rébellion » et « participation à un groupement en vue de commettre des violences ».

« Tu vas pas éteindre le feu »

Il est environ 16h30, dimanche, lorsqu’un jeune soldat du feu, âgé de 24 ans, est appelé avec ses collègues pour un feu de détritus et de mobilier urbain au niveau de l’angle boulevard voltaire et rue Alexandre-Dumas dans le XIe arrondissement de Paris. Le sinistre est si vif qu’il menace de se propager à une pharmacie mitoyenne. Alors que les pompiers s’activent à l’éteindre, un premier homme non identifié à ce jour s’interpose, touche la lance à incendie, sans parvenir à entraver l’action des militaires.

Quelques secondes plus tard, une femme vêtue d’une veste en jean bleu, d’un pantalon kaki militaire et d’un casque de moto avec un masque à gaz baissés sous le front entre en scène. Elle porte un sac rouge de secours caractéristique des « street médic ». Sauf qu’elle n’est pas là pour aider les sauveteurs. Au jeune sapeur-pompier en tête de file, elle hurle à plusieurs reprises, selon les témoignages recueillis par la police, « Tu vas pas éteindre le feu » et « On va te défoncer comme en 2019 », une référence sans doute aux manifestations des Gilets jaunes, mouvement auquel elle a appartenu.

VIDÉO. 1er mai : les images d’un pompier agressé par une manifestante

Le reste de la scène est visible sur la vidéo : la militante, identifiée comme Hager A. donc, empoigne violemment la lance incendie du jeune militaire pour l’empêcher d’éteindre le feu et le bouscule avec hargne. Ce dernier tente de repousser l’agresseuse des épaules et de poursuivre son œuvre. « Tu oses t’en prendre à une femme » aurait alors hurlé la « street médic », avant de lâcher la lance de la main droite pour porter plusieurs coups violents au sapeur-pompier au niveau de la visière de son casque. Un autre sapeur-pompier repousse à nouveau la militante.

Mais c’est finalement une charge de policiers qui met en fuite la jeune belliqueuse. De son côté, très choqué, le sapeur-pompier victime des coups se réfugie dans le camion des secouristes où il a constaté une fêlure sur son casque d’une taille entre deux et cinq centimètres.

Une habituée des défilés des Gilets jaunes

Vers 18 heures, Hager A. est finalement repérée au niveau de la place de la Nation, où elle est interpellée avant d’être conduite au commissariat du XXe arrondissement. Au moment de son arrestation, elle aurait tenté de s’en prendre aux policiers. La jeune femme est déjà connue pour deux faits de violences mineures dans des cadres privés, sans lien avec des manifestations.

Selon une source policière, elle est en revanche une habituée des défilés des Gilets jaunes et des opposants au passe sanitaire. Particulièrement active sur les réseaux sociaux, cette sympathisante pro-Mélenchon relaie sur son compte Facebook et Instagram des contenus antivaccin et dit soutenir « le convoi de la liberté », un mouvement d’opposants aux restrictions sanitaires.

Interrogée en juillet 2021 par l’agence de presse américaine Associated Press, elle indiquait avoir démissionné de son poste d’infirmière, accusant le gouvernement « d’utiliser une forme de chantage ». « Je pense qu’il ne faut pas nous dire quoi faire », avait-elle confié, estimant que « le personnel médical français lors de la première vague de Covid-19 a été assez maltraité ». Désormais, cette jeune mère de deux enfants, domiciliée en Seine-Saint-Denis, multiplie les petits boulots.

Crédits image et texte : Le Parisien©
Source : https://www.leparisien.fr/faits-divers/1er-mai-a-paris-ex-soignante-street-medic-et-soutien-de-melenchon-ce-que-lon-sait-de-la-manifestante-suspectee-davoir-agresse-un-pompier-03-05-2022-XHK5VA5I3ZE5FO5NRXFUVCZSAI.php